Jeudi 21 novembre 2019 - Peau et maladies tropicales

La peau occupe une place particulière en médecine tropicale. D’une part les infections bactériennes, parasitaires et fongiques sont fréquentes en milieu tropical, d’autre part bon nombre de maladies systémique sont une expression cutanée qui permet une orientation diagnostique clinique utile. Ceci est aussi bien le cas en médecine du voyage et des migrants, qu’à la portée des personnels de santé démunis de plateau technique sur le terrain.L’examen biologique de la peau, tissu accessible, permet des diagnostics peu coûteux, en particulier au cours des Maladies Tropicales Négligées comme la leishmaniose, la lèpre, la gale, les mycoses sous cutanées, ou même plus récemment la trypanosomose africaine. Les lésions cutanées ont aussi une bonne valeur d’orientation au cours de maladies vectorielles,  d’inoculation ou traumatiques. Enfin, objet d’admiration ou de stigmatisation, l’aspect de la  peau est une préoccupation importante des populations tropicales menant parfois à des pratiques cosmétiques pathogènes. 

Programme

Résumés des communications orales

Exposés à télécharger   


Créditsphotos : Chromoblastomycose (J Chandenier) ; Kai Pian (A Epelboin) ;Scarification en traitement de la migraine (A Epelboin) 


Introduction de la journée - Eric Pichard

​Anthropologie de la peau : esthétiques, soins et cliniques transculturelles en Afrique subsaharienne : Alain Epelboin (pdf interactif avec liens vers les vidéos)

Session 1 (modérateur : Yves Buisson) 

  • Monkey-pox et autres poxviroses : Jean-Jacques Morand 

Session 2 (modérateur : Pierre Gazin) : 

Session 3  (modérateur : Jean Jannin) : 

Bilan de la journée et conclusion - Jean Jannin, président de la SPE





Page lue en 0,0122 seconde (4/0)